Extraits des lettres de demande de bourse – Dong Hanh 2017-2018 (part 1)

L’année 2017-2018, grâce au soutien précieux de nos donateurs, Dong-Hanh a pu aider plus de 300 étudiants et élèves vietnamiens issus des milieux défavorisés à surmonter leurs difficultés financières pour continuer à réaliser leur rêve. Voici quelques extraits des lettres de demande de bourses rédigées par nos boursiers.

NGUYEN Van Giai (24 ans) – Université des Sciences Naturelles de Ho-Chi-Minh ville BinhDuong – note moyenne 8.1 et 8.64/10

Quand j’étais petit, j’ai toujours rêvé d’être médecin puisque ma mère était toujours malade. Et j’ai enfin réussi à le faire…

Malheureusement, lors de ma deuxième année universitaire, mes parents ne pouvaient plus payer mes frais d’études. De plus, le programme des études de médecine était très lourd et chargé, je n’avais pas donc du temps libre pour chercher des travaux à temps partiel. Après de longues nuits de réflexion en silence, j’ai pris une décision que toute ma famille n’aurait jamais pu imaginer, celle d’abandonner mes études et d’aller à Dong-Nai pour travailler en tant qu’ouvrier dans une usine…

Un an plus tard, un ami m’a donné un morceau de papier découpé d’un journal qui disait “le domaine du génie nucléaire est en manque de ressource humaine, et que les frais d’études sont gratuits pour les étudiants…” C’était la raison pour laquelle j’ai décidé de venir faire des études à l’Université des Sciences Naturelles. Pourtant, à l’inscription, j’étais vraiment étonné et même choqué du fait que tout ce que j’ai lu sur la gratuité d’études n’était pas vrai, de manière exacte, ceci n’est plus à jour. Et, évidemment, comme je n’avais pas assez d’argent pour l’inscription, j’ai dû demander au Bureau des Services d’Etudiants (BSE) de rédiger une lettre d’engagement qui me permettait de m’inscrire avec seulement 1.500.000 Dong. Pour le reste, le BSE m’a autorisé à ne pas suivre les cours de service militaire pendant un mois, ainsi j’ai travaillé entre-temps pour pouvoir rembourser l’argent à l’université…

NGUYEN Van Bao Quoc (20 ans) — Université de Sciences sociales et humaines HCM Tien Giang, note moyenne 8.53/10

Mon père m’a abandonné lorsque j’étais petit. Mon enfance s’est passée sur les trottoirs de Sai-Gon avec ma mère, nous avons dû vendre des billets de loterie car nous n’avions pas de domicile fixe. Ensuite, grâce aux “grands-parents adoptés” de ma mère, elle a pu enfin retourner vivre avec eux à Tien-Giang…

Peu de temps plus tard, à cause des problèmes de santé (problème neurologique), elle ne pouvait pas exercer un autre travail et devait continuer à vendre des billets de loterie pour gagner de l’argent. Vu que la source de financement provenant de la vente des billets n’était pas suffisante pour subvenir à nos besoins quotidiens, ma grand-mère a dû aller mendier pour aider ma mère. Malheureusement, depuis le mois de novembre l’an dernier, elle est tombée malade (hémiplégie) après une chute. C’est pour cela que je dois faire beaucoup de travail à mi-temps pour réussir à vivre et pour envoyer de l’argent afin d’aider ma mère.

Read More...

« Grâce à Dong-Hanh, j’arrive en France »

Jusqu’à chaque instant de ma vie, avec tout ce que j’ai eu et obtenu après beaucoup d’efforts afin de surmonter toutes les difficultés dans la vie, je tiens à exprimer mes remerciements et mes sincères reconnaissances à Dong-Hanh et à tous ceux qui m’ont soutenu et permis de bénéficier de cette bourse.

Du fond du cœur, je suis vraiment très reconnaissant pour le soutien précieux de Dong-Hanh, tant spirituellement que matériellement, pour moi ainsi que pour les étudiants vietnamiens en général. Pour ma part, les bourses et le soutien de Dong-Hanh m’ont aidé à surmonter non seulement les moments les plus difficiles il y a 7 ans, mais également les inquiétudes financières liées à mes études et la solitude spirituelle. Effectivement, en plus de l’encouragement spirituel, le soutien matériel de Dong-Hanh m’a permis d’une part de subvenir aux besoins liés aux frais d’études, contribuant ainsi à l’allègement à la pression de la vie qui pesait sur mon épaule et sur ma famille. D’autre part, grâce à l’accompagnement de Dong-Hanh, j’ai pu retrouver la valeur de ma vie ainsi que la confiance dans la vie quotidienne.

Le souvenir le plus particulier qui restera gravé à jamais dans ma mémoire et celui que j’apprécie le plus était effectivement le soutien et l’encouragement des amis de la fondation Dong-Hanh à Da-Nang, comme par exemple M. Duy, Mme. Loan, les sœurs de la pagode Hoa-Sen, et plus tard, M. Nguyen Nhut et M. Kiem. A partir de ce moment-là, il me semblait retrouver mes propres forces grâce aux nombreux efforts et à une motivation intense, sachant qu’autour de moi, il y avait encore des personnes généreuses et des choses précieuses à respecter dans la vie, et de très gentils frères et sœurs. Cela était un point tournant qui a changé complètement ma propre vie. J’ai essayé de penser de manière plus optimiste, et donc de me construire une meilleure motivation spirituelle. Je suis devenu une personne plus persévérante en désirant la réussite afin de pouvoir retourner aider les jeunes étudiants et la société dans l’avenir. Et mon désir le plus profond est de participer à Dong-Hanh pour pouvoir contribuer à la fondation comme un remerciement dont je me souviendrai pour toujours.

« […]Lors de ma première année à l’université, j’ai eu la chance de recevoir le soutien d’un certain nombre de bourses d’études et de rencontrer des mécènes, et ce qui m’a le plus impressionné était des membres de la fondation Dong-Hanh à Da-Nang. C’était la plus grande chance et le plus grand bonheur de ma vie depuis mes premiers pas à l’université, ce qui m’a aidé à surmonter le pessimisme et ainsi obtenir les meilleurs résultats pour aujourd’hui. J’espère également pouvoir faire encore tous mes efforts afin de ne pas trahir le soutien des organismes, en particulier celui de la fondation Dong-Hanh qui m’a apporté une très grande source d’encouragement, tant matériellement que spirituellement. Ces reconnaissances resteront à jamais comme étant une bonne direction pour que je puisse fonder un meilleur avenir[…] » (Extrait du portrait des anciens boursiers)

Poursuivre son étude en France, rêve de nombreux étudiants vietnamiens

Poursuivre son étude en France, rêve de nombreux étudiants vietnamiens

Au moment de l’écriture de cette lettre, mon rêve s’était réalisé. En effet, après de nombreux efforts, j’avais obtenu une bourse pour aller étudier en France pour les années à venir. Penser à l’avenir est une joie immense pour moi en ce moment. J’avais obtenu aussi d’autres opportunités pour effectuer mes études supérieures en Italie, au Japon, en France et en Australie. Cependant, la fondation Dong-Hanh était la principale raison pour laquelle j’ai décidé de choisir la France en premier. En effet, c’était mon rêve et mes résultats actuels sont dus, en grande partie, à la contribution de la fondation Dong-Hanh

A travers cette lettre, je tiens également à remercier et exprimer ma plus profonde gratitude à Mme Loan, une personne très spéciale dans ma vie, bien que je n’aie pas encore eu l’occasion de la rencontrer personnellement. Pour cette raison, je n’ai pu la remercier qu’indirectement, par email ou en parlant avec sa mère. Cependant,  je peux malgré tout ressentir son empathie et sa compréhension qui ont changé ma vie. Elle était toujours à l’écoute de mes partages, de mes sentiments et m’a toujours envoyé de sincères encouragements m’ayant aidé à surmonter toutes les difficultés. Elle a contacté très rapidement les membres de la fondation Dong-Hanh à Da-Nang et dans d’autres régions pour pouvoir m’aider le plus possible lors de mes moments les plus difficiles. Aujourd’hui encore, mais également pour toujours, tout son soutien et ces sentiments resteront dans mon cœur avec toutes ma reconnaissances la plus profonde et la plus sincère.

Après tout ce que j’ai vécu moi-même avec les sentiments du fond de mon cœur, je souhaite vivement que Dong-Hanh puisse continuer son développement, car c’est un bon moyen d’apporter des sentiments positifs et du soutien aux étudiants au Vietnam. Espérant aussi qu’avec les précieux et généreux soutiens de Dong-Hanh, les étudiants auront confiance en eux et feront les efforts nécessaires pour surmonter les difficultés de la vie et se construire une meilleure vie.

PHAM Anh-Tuan

Boursier 2012-2013

Etudiant master en genie civile à l’Université de Grenoble Alpes, France

Read More...

Lettre joyeux anniversaire 15 ans de Dong-Hanh

15th-Year-Anniversary-MadridMan-Cake - CopyBonjour mes amis, je suis Tran Van Luu, né en 1981, à Bac Giang. Lorsque je faisais mes études à l’Université des Sciences de Ho Chi Minh ville en 2001, j’ai reçu une bourse de l’association de Dong-Hanh. Cette aide, d’un côté, m’a permis de régler mes frais de scolarité, de l’autre côté, c’était un soutien important en raison d’une présence de personnes qui ont su m’encourager au moment opportun.

Pour les difficultés financières pendant les études, je ne suis pas seul. Chaque année, les étudiants de banlieue viennent à Hanoi en attendant de meilleures conditions d’études et un futur promettant. Avec le niveau de vie élevé de la capitale,  je me suis arrangé de manière qu’une dizaine d’euros me suffisait chaque mois. Cependant, cette petite somme mensuelle a été déjà un fardeau pour ma famille qui avait dû recourir à toutes les sources pour la recueillir à peine, parfois à travers des emprunts avec le taux d’endettement  qui leur inquiétaient pour le reste du mois.

Tombée dans cette période difficile, la bourse que j’ai reçue de l’association servait  d’un  sauveur. Le moment que je savais que j’ai eu la bourse, je m’éclatais de joie. J’étais particulièrement touché, surtout après m’être rendu compte que cette association est fondée par mes compatriotes à l’étranger pour aider des étudiants défavorisés au Vietnam malgré leurs propres difficultés.

Bien que des années soient passées depuis ma graduation, cette aide continue à m’encourager, à m’inspirer de toujours faire de mon mieux dans tous les parcours que je m’envisage dans l’avenir.

A l’occasion de l’anniversaire de 15 ans de l’association de Dong-Hanh, je souhaite à mes amis qui y sont un membre et à vos familles une bonne santé et que tous les vœux formulés deviennent réalité. Dans l’ensemble, j’envoie mes vœux sincères de bonheur et de prospérité dans les affaires de l’association !

TRAN Van-Luu

Boursier de Dong-Hanh en 2002

 

Read More...

Une lettre depuis l’Australie

unnamed

VO Hoang-Tam à son centre de recherche

Lettre envoyée depuis l’Australie par l’un des premiers boursiers de Dong-Hanh

— 

Je m’appelle VO Hoang-Tam et je suis actuellement chercheur au laboratoire d’IBM (International Business Machines) à Melbourne, Australie. Avant cela, je travaillais pour un centre de recherche du SAP (Singapore Asia Publishers) à Singapour. J’avais obtenu un doctorat en Informatique à l’Université Nationale de Singapour (NUS). Durant mon séjour dans la ville-État, j’ai participé à l’établissement et au développement de la filiale locale de la Fondation Dong-Hanh.

Cette année, la fondation fêtera son 15ème anniversaire. A cette occasion, je voulais lui adresser mes remerciements et mes vœux pour l’avenir. Je tiens tout d’abord à remercier une nouvelle fois, et ce de manière très chaleureuse, les donateurs pour leur grande générosité qui n’a jamais faibli durant ces quinze années. Je remercie également les membres exécutifs pour leur temps et leurs efforts qui permettent de maintenir le bon fonctionnement de la fondation. Les bourses accordées et les lettres d’encouragement envoyées par Dong-Hanh sont toujours d’une aide précieuse, tant matérielle que spirituelle, pour les étudiants défavorisés, tout comme moi lorsque j’étudiais à l’Ecole Polytechnique de Ho-Chi-Minh ville il y a 15 ans.

Je voudrais aussi adresser aux jeunes étudiants de la famille Dong-Hanh ce message : restez toujours patients et persévérez dans vos efforts ! Si vous rencontrez des difficultés dans vos études, votre travail ou même dans votre vie personnelle, n’hésitez pas à contacter les anciens membres de la famille Dong-Hanh, ils sont là pour vous aider. Vous pouvez également trouver des sources d’inspiration dans les parcours de femmes et d’hommes ayant travaillé dur pour surmonter leurs difficultés. J’aimerais citer ici en exemple le professeur TRUONG Nguyen Thanh [1] ou encore l’inventeur et homme d’affaire NGUYEN Thanh My [2].

Enfin, je souhaite à Dong-Hanh de continuer son développement et sa réussite dans l’avenir, et qu’elle puisse tendre la main à encore plus d’étudiants défavorisés des autres universités.∎

VO Hoang-Tam

Boursier 2001

Liens

[1] http://truong.hec.utah.edu/life%20story.html

[2] http://www.gocnhinalan.com/nhung-cuon-sach-hay/tu-cau-be-ban-ca-rem-tro-thanh-tien-si.html

Read More...

“Sans l’aide de Dong-Hanh, je n’aurais pu jamais poursuivre mon doctorat”

Picture1

DOAN Minh Y Nhi (boursière en 2005)

ENTRETIEN AVEC DOAN MINH Y NHI (BOURSIÈRE 2005)

« J’ai eu le plaisir d’interviewer Nhi cet après-midi, qui actuellement poursuit son doctorat à l’Université de Connecticut. Nhi pense que cette opportunité n’aurait pas été réalisée sans l’aide de l’Association de Dong-Hanh. Lisez la suite pour apprendre davantage sur le voyage extraordinaire de Nhi de la province Binh Thuan aux Etats-Unis. » (Murphy)

Pourriez-vous, s’il vous plaît, décrire votre vie avant l’obtention d’une bourse de Dong-Hanh ? 

J’ai grandi dans une petite ville de la province de Binh Thuan, qui est à environ cinq heures de route de Ho Chi Minh-Ville. Depuis que ma mère avait été blessée dans un accident et était incapable de travailler, nous nous sommes appuyés uniquement sur mon père pour tout soutien financier. Il était professeur de lycée et son revenu soutenait le reste de la famille, y compris ma mère, ma grand-mère, mon frère, ma sœur et moi. En plus de tout cela, je comptais sur lui pour payer mes frais de scolarité. Ce n’était pas une situation facile.

Vous êtes allée à quelle université ?

Je suis allée à l’Université des Sciences à Ho Chi Minh-Ville et je me suis spécialisée en Chimie.

Comment avez-vous entendu parler de Dong-Hanh ?

Il y avait un bulletin d’information à mon université, qui listait les opportunités de bourses. J’ai vu la bourse de Dong-Hanh et a été impressionnée par le fait qu’elle était distribuée par des étudiants vietnamiens en France. J’étais d’abord surprise, puis très heureuse quand j’ai reçu la bourse.

Comment avez-vous utilisé la bourse ? Pensez-vous que la bourse de Dong-Hanh vous a aidée à atteindre vos objectifs ?

Par coïncidence, le jour où je me suis vue remettre la bourse était le jour où ma mère subissait une chirurgie à Ho Chi Minh-Ville, alors j’ai utilisé la moitié de la valeur de la bourse pour payer son opération et l’autre moitié pour mes propres coûts de vie dont la plupart était ceux de nourriture et de livres.

Je pense vraiment que Dong-Hanh m’a aidée à atteindre mes objectifs, surtout avec mes plans futurs. Après avoir terminé ma licence, j’ai obtenu deux offres de master, l’un du programme Erasmus et l’autre d’une université au Canada. Dao Ha, une membre de Dong-Hanh, m’a donné beaucoup de conseils sur quel programme je devrais choisir. Elle a demandé à ses amis et m’a aidée à prendre une décision éclairée.

J’ai finalement choisi la bourse d’Erasmus Mundus et puis me suis inscrite à l’Université de Bologne en Italie pour la première année et l’Institut royal de technologie de Suède pour la deuxième année. Quand j’avais terminé mon master, j’ai été acceptée à un programme de doctorat aux États-Unis.

J’ai passé des moments déprimants au cours de la première année de mon master. Heureusement, Dao Ha a discuté avec moi par e-mail, m’a remonté le moral et m’a donné beaucoup de conseils. Elle m’a présentée aux autres membres de Dong-Hanh et j’ai aidé l’association à évaluer des candidatures de bourses deux fois par année, ce qui m’a rapproché à la communauté de Dong-Hanh. Evaluer des dossiers m’a beaucoup motivée et inspirée. Les candidats m’ont rappelée qu’il existait encore de nombreux étudiants dont les situations étaient beaucoup plus difficiles que la mienne, mais ils étaient toujours ambitieux, ce qui m’a motivée à rester forte. Je me sentais vraiment comme un membre de Dong-Hanh après tout cela.

Qu’avez-vous fait après la bourse de Dong-Hanh ?

J’ai reçu des bourses de Dong-Hanh trois fois. Après ma licence, j’ai travaillé comme assistant d’enseignement à l’Université des Sciences à Ho Chi Minh-Ville. J’ai ensuite reçu une bourse d’Erasmus Mundus et étudié en Italie et en Suède avant d’être acceptée au programme de doctorat de l’Université de Connecticut, où je suis aujourd’hui.

Que faites-vous maintenant ?

Je fais actuellement une thèse de doctorat  en polymères à l’Université de Connecticut. Ma recherche se concentre principalement sur les biocapteurs. Mon principal projet est la construction d’un dispositif de point-of-care pour la détection du cancer, ce qui est bénéfique pour les pays en développement. Mon projet secondaire est de développer des capteurs de glucose chez les patients diabétiques. Je suis ici depuis deux ans et demi, et il me reste encore trois ans.

Quels sont vos plans/rêves pour l’avenir ?

C’est une question difficile car j’ai encore trois années d’études à achever, mais après mes études je pourrais postuler pour un post-doctorat en Amérique puis chercher un emploi, soit aux États-Unis, soit en Europe. Je veux acquérir plusieurs années de l’expérience à l’étranger en tant que chercheur dans un laboratoire, parce que cinq ans de doctorat n’est pas suffisant comme expérience professionnelle. J’aimerais finalement retourner au Vietnam et y travailler une fois que j’aurai eu assez d’expérience.
Merci beaucoup pour votre temps et nous souhaitons tous à Nhi la meilleure des chances pour l’avenir !

Entretien réalisé par Murphy McAnulty, 

stagiaire à Dong-Hanh (2014)

Read More...

Les larmes de rigueur

Picture2Chaque semestre, les membres de Dong-Hanh Singapour organisent une séance d’entretien en ligne avec les candidats de l’Université d’économie et de droit qui ont été pré-sélectionnés par les représentants de Dong-Hanh à son université. Ces séances d’entretien permettent au Comité des membres d’avoir une vue globale de tous les profils afin de mieux se préparer au dernier tour de sélection. L’article suivant décrit les souvenirs d’un interviewer à Singapour pour une telle expérience.

C‘était une matinée de fin d’année, nous nous occupions d’un entretien de sélection pour la remise de bourse de Dong-Hanh Singapour. C’était la première fois que je le fasse en-ligne depuis ma participation à Dong-Hanh avec un ami qui est un ancien boursier de Dong-Hanh et aussi maintenant le président de Dong-Hanh Singapour. Franchement, je ne m’y étais pas intéressé beaucoup au début comme je n’avais connu rien de Dong-Hanh auparavant, mais au fur et à mesure le dynamisme de mon ami-président avait attiré mon attention, me fit passer plus de temps pour les activités du fonds.

Picture1

Entretien en ligne à Singapour

Tous les dossiers de ce matin-là s’étaient déjà classés depuis la série éliminatoire. À travers les renseignements approvisionnés par des candidatures, on eût pu saisir assez clairement la situation de chaque candidat. Moi, je me souciai un peu du cas d’une étudiante venant du Centre. Ses résultats scolaires furent impressionnants, ainsi que ses circonstances extrêmement difficiles : son père est mort, sa mère est gravement malade, l’économie familiale serrée. Mais son dossier ne fut pas bien pris en soin et pas bien préparé par elle-même. Selon moi, ceux qui savent relever leurs personnalités méritent de devenir boursiers plutôt que ceux qui qualifient mais qui n’ont aucune idée à les faire mettre en relief. Cependant, cette-fois là je décidai de la laisser passer, vu que sa situation est bien pareille que la mienne il y a quelques années. Et comme prérangé, parmi les dossiers dont je fus responsable ce-jour-là fut la sienne. Je discutai avec un camarade sur quelques points d’importance avant de demander au bénévole du côté Vietnam d’appeler la candidature suivante. Devant nous dans l’écran de l’ordinateur fut une étudiante mignonne mais qui ait l’air un peu frêle. Pour qu’elle se sente confortable, nous lui insistâmes que ce ne fut pas un entretien d’embauche mais plutôt une conversation normale. Mais il parut que cela ne fit pas réduire le stress présenté sur son visage. Après la salutation et l’introduction, nous procédâmes à la réinterroger sur sa situation familiale. Son visage encore tendu et sa voix petite, elle commença à nous répondre. Mais juste après une question, son visage devint crispé et elle éclata en sanglots. Bien qu’elle semble de se craindre de ruiner cet entretien qui s’estime importante par elle-même, il sembla que ce sentiment qu’elle l’avait gardé pour très longtemps et ne put plus le contraindre. La sensation d’avoir la peine touchée, je bien comprends, particulièrement pour ceux qui se trouvent dans une telle situation unfavorable. Ils ont souvent pitié de soi-même et se déprécient chaque fois qu’ils se font poser des questions sur leurs familles. C’était ce que j’ai vécu depuis mon enfance au jour où je terminai mes études à l’université.

Picture5

Evaluation des dossiers

Moi et mon ami échangeâmes des regards en silence, son cri durant nous fit confus. Un air pesant nous tous submergea tandis qu’elle soit à des milliers de kilomètres de loin. Je me sentis coupable d’avoir involontairement fait de la peine à une telle fille timide comme elle. Nous essayâmes de l’aider à retrouver l’équilibre pour continuer notre conversation qui ne dura que 20 minutes. Ne plus lui demandant de raconter ses circonstances familiales, ce que nous avions bien retenu du dossier, nous passâmes à nous informer de la santé de sa mère. Ayant l’air plus calmée, elle continua à répondre, sa voix encore petite. « Pour l’instant, la santé de ma mère s’est bien améliorée » -y parlant, elle devint un peu mieux, sa mine se rendit fraîche alors que sa peur apparut toujours dans chaque geste. Elle passa à expliquer comment elle finança sa poursuite des études, ce qui nous fit extrêmement étonner. Comment elle put travailler cinq heures tous les jours après être passé presque toute la journée à l’école et toujours avoir de bonnes notes ? Son relevé de notes fur un rêve de beaucoup d’élèves même pour ceux dont la famille bien subvint aux besoins et qui n’eurent rien à s’inquiéter. Quand j’étais encore étudiant, il y avait un temps où je prenais l’enseignement de trois classes à temps partiel pour régler des frais et des paiements scolaires. Toutefois je ne faisais de l’enseignement que deux heures chaque jour et six jours maximums par semaine parce que c’était déjà assez fatigué. Elle nous partagea aussi vouloir devenir un précepteur pour être moins fatiguée, mais le dépôt posé aux centres la fit changer d’avis et chercher d’autres travaux frais-libres, bien que plus lourds. Néanmoins, pour une fille qui venait de quitter la famille et qui entrait une telle grande ville étrange, ce qu’elle avait fait fut admirable. Elle nous partagea que la vie comme cela ne l’avait pas permise de bien préparer les documents dans le dossier, en particulier ceux qui exigeaient des justifications du lieu.

Picture4

Evaluation des dossiers

Nous procédâmes à la partie finale de l’entrevue en posant la question sur ses rêves et ses intentions. Dès ce moment-là elle sembla devenir une autre personne, tout contraire à sa timide avant. Le regard déterminé, elle nous dit vouloir devenir une avocate dans l’avenir. Elle aima avoir beaucoup d’argent pour aider à guérir sa mère, pour assurer les études de ses frères ; elle voulut défendre gratuitement les pauvres. Donc si elle devenait un boursier, la toute première chose qu’elle ferait fut d’acheter des médicaments pour sa mère, et s’il restait encore assez d’argent, elle en dépenserait sur les livres pour ses frères. La plupart de ses intentions furent pour d’autres personnes, rien pour elle malgré toutes les responsabilités qu’elle porta sur ses petites épaules. Nous conclûmes l’entrevue en la souhaitant le succès. Au fond de moi, je la remerciai de nous avoir motivés. Ayant passé de moments durs et maintenant vivant de bonnes conditions à l’UTN mais parfois nous nous ressentons encore la fatigué, l’ennui venant des obstacles dans les travaux de recherche. Moi, je lui fais confiance : pour autant qu’elle a bien surpassé, rien ne pourra plus la faire écrouler. Les larmes au début ne furent pas celles de la faiblesse ou l’infériorité mais d’une ferme volonté. C’est une parmi de nombreux beaux exemples dont Dong-Hanh en général et Dong-Hanh Singapour en particulier sont toujours à la recherche pour les aider à réaliser leurs rêves.

NGUYEN Duy Tam

Dong-Hanh Singapour

Traduit par LE Ha-Quang

Read More...

Lettres de quelques boursiers de Danang, printemps 2016

Pour le premier semestre de l’année scolaire 2015/2016, Dong-Hanh a accordé plus de 100 bourses à des étudiants au Vietnam. Le comité exécutif de Dong-Hanh a le plaisir de partager avec vous des lettres de certains boursiers. Nous vous remercions chaleureusement de votre aide et nous vous souhaitons une merveilleuse année !

Lam, Université des langues étrangères de Danang
« Mardi dernier, j’ai participé, avec 28 autres étudiants de l’Université de Danang, à la cérémonie de remise de bourses, qui a eu lieu à l’Université Polytechnique de Danang. Je suis, comme les autres étudiants, très heureuse. J’ai eu la chance d’avoir reçu votre attention et votre accompagnement. Je suis honorée car c’est la deuxième fois que je reçois cette bourse. Jusqu’à ce jour, je ressens encore l’environnement amical de la cérémonie. »

Ngoc, Université de l’économie de Danang
« Ma grande sœur travaille comme ouvrière à Saïgon. Elle n’a pas pu acheter de billet pour rentrer chez nous à l’occasion du nouvel an. C’est parce que les billets coûtent trop cher alors qu’elle n’a pas encore perçu son salaire du dernier mois de l’année. Quand j’ai appris avoir reçu la bourse, j’étais très heureuse. J’ai téléphoné tout de suite à ma mère et à ma grande sœur pour partager avec elles cette bonne nouvelle. Je n’ai pas pu dormir ce soir-là. Je vais utiliser cette bourse pour financer mes cours d’anglais ainsi que pour aider ma mère pendant la fête du nouvel an. »

Aï, l’Université des langues étrangères de Danang
« Je crois que moi ainsi que les autres boursiers, nous avons chacun notre propre rêve et le désir de le réaliser. A cause de malheurs dans la vie, les étudiants comme nous ont vécu plus de difficultés pour atteindre notre rêve. Il y a même des étudiants qui ont dû l’abandonner. Pourtant, quand j’ai lu la lettre envoyée par le comité exécutif de Dong-Hanh et voyant que l’intitulé initial de la bourse était « Droit de rêver », je me suis sentie plus motivée pour surmonter mes difficultés.
Pour nous, la valeur financière de la bourse est assez significative. Elle nous aide à financer nos coûts de vie et à surmonter les difficultés financières rencontrées dans nos études. Par ailleurs, chaque bourse est le résultat de beaucoup d’efforts de la part des membres de l’association Dong-Hanh. Je vous suis reconnaissante de votre aide, ce qui me fait penser que les étudiants comme moi sont toujours accompagnés et encouragés malgré les circonstances difficiles rencontrées. Dans la lettre adressée aux boursiers, le président de l’association Dong-Hanh a dit que « c’est vous, les étudiants défavorisés, qui m’inspirent ». Pourtant, je pense que c’est l’association Dong-Hanh qui me donne plus de force et plus de confiance dans la vie où je rencontrerai peut-être encore des difficultés. »

Khanh, Université de l’économie de Danang
« Pour moi, la bourse n’est pas qu’un cadeau financier. Elle est aussi un cadeau précieux qui me donne plus de motivation pour surmonter les difficultés, pour réaliser mon rêve et avoir un meilleur avenir.
Avec la bourse, je suis rentré chez moi pour fêter le nouvel an avec ma famille. Malgré ces jours froids d’hiver, nous nous sentions heureux. La bourse va m’aider à régler les frais de scolarité pour le deuxième semestre ainsi que les coûts de vie.
Dans la lettre que vous m’avez envoyée, « le droit de rêve » m’impressionne . J’espère que mes efforts aujourd’hui et votre aide vont m’aider à réaliser mon rêve. »

Giang, Université des langues étrangères
« La bourse confirme nos effort pour surmonter les difficultés. Elle nous encourage aussi à essayer plus fort pour ne pas décevoir les personnes qui nous font confiance.
Je vous remercie profondément pour ce merveilleux cadeau.
»

Read More...

Duc-Anh VO – boursier en année scolaire 2012 – 2013

65045_547975481939056_93557336_n

Nom et prénom: VO Duc-Anh

Profil: Né dans une famille défavorisée, Duc Anh a eu une enfance difficile. Quand il était au lycée, tandis que les autres élèves avaient des beaux temps d’école, Duc Anh devait équilibrer ses études et ses emplois à mi-temps pour soutenir sa famille, malgré tout il brillait à l’école. Il a réussi le concours d’entrée très sélectif de l’école polytechnique de Danang, mais ce n’était pas la fin de l’histoire. S’installer dans une grande ville, il avait besoin d’argent pour quasiment toutes les choses, avec de plus les frais de scolarité, l’obstacle financier a à nouveau pesé sur ses épaules. Heureusement, avec le soutien de Dong Hanh et bien sûr ses efforts personnels, il a eu des excellents bulletins à la fin de sa première année, il a ensuite obtenu de plus une proposition des études à l’Université Nationale de l’Ukraine du pétrole et du gaz. Malheureusement, sa famille ne pouvait pas payer pour les frais très élevés de la classe préparatoire. Réalisant que c’est une étape importante, DongHanh lui a remis la deuxième bourse qui lui a permis de régler ses frais de scolarité. Maintenant, à l’Ukraine il poursuit son rêve de devenir un des meilleurs de ses compétences et il souhaite finalement revenir au Vietnam pour contribuer ses connaissances, l’énergie aux développements de son pays natal.

Formation :

Polytechnic University of Da Nang, Vietnam en processus de pétrole (2012-2013)

Classe préparatoire pour ses études en Ukraine (2013-2014)

Université nationale de l’Ukraine de Gaz et pétrole

L’année de remise de bourse: 2012 et 2013

Bourses ont été pour: Il a utilisé ses bourses pour financer ses études à l’école polytechnique de Danang aussi bien que celles de la classe préparatoire.

Plan de Futur: Finir ses études, et après l’obtention de son diplôme, il souhaite revenir au Vietnam pour y contribuer.

Read More...

Le Luong Vang – boursier en 2011

luong van vang

Van Vang LUONG

Nom et prénom : Luong Vang LE

Age : 22

Étudiant en quatrième année de l’école Polytechnique de Ho Chi Minh ville.

Année de boursier de l’association Dong Hanh: 2011.

Parcours académique & distinctions:

Lycée d’élite Luong Van Chanh (Phu Yen):

Résultat de concours d’entrée de l’écoles Polytechnique de Ho Chi Minh ville : 25/30.

École polytechnique de Ho Chi Minh ville: étudiant de programme PFIEV (programme de formation d’ingénieur excellence au Viet Nam )

Premier et deuxième prix de l’Olympiade nationale en physique, troisième prix de l’Olympiade nationale en méca-fluide, quatrième prix de l’Olympiade national en mécanique (toutes sont au niveau d’université). Lauréat de bourse de INSA –Lyon pour 2 années d’études.

Projet d’avenir: envie d’étudier aux pays étrangers développées notamment en secteur de génie civil, afin d’ avoir de bonnes compétences qui peuvent servir au développement du Viet Nam .

Read More...

Le Hong Thai – boursier en 2012

Le Hong Thai nancy 22Nom et prénom : LÊ Hồng Thái

Age : 25

Formation : Agence universitaire de la Francophonie (AUF), Matériaux Avancés

École Nationale Supérieure des Mines de Nancy (ENSMN), Science et Ingénierie des Matériaux

2012, la bourse est utilisée pour obtenir le certificat DELF B2 et pour régler le frais d’études. Par ailleurs, Dong Hanh l’accompagne également dans plusieurs activités à côtés de la bourse, par exemple comment choisir et postuler des études supérieures, etc.

Plan pour l’avenir : Compléter les études à l’École Nationale Supérieure des Mines de Nancy, faire la recherche dans le domaine « structure du matériau », notamment des matériaux nouveau comme Nano.

Read More...